Inspiration Déco

Aménager son sous-sol : mode d'emploi

#Maison#Déco
Aménager son sous-sol :

Vous disposez d’un espace au sous-sol et vous ne savez pas comment l’exploiter ? Vous aimeriez transformer ce lieu en chambre, salle de jeux ou salle de sport pour en profiter pleinement mais vous ne savez pas par où commencer ? Voici nos 9 conseils pour transformer un sous-sol en pièce de vie et augmenter votre surface habitable sans transformer l’intégralité de votre maison.

Conseil n°1 : prévoyez les démarches pour aménager un sous-sol

Soumis à de nombreuses règles, l’aménagement d’un sous-sol ne s'improvise pas et nécessite parfois des démarches administratives et l'intervention d'experts en mesure de vous guider.

Pour bien respecter la législation en vigueur, vérifiez le règlement sanitaire de votre département afin de savoir si votre sous-sol est habitable et, si vous habitez en immeuble, demandez l'autorisation de votre syndicat de copropriété.

Aussi, certaines formalités seront nécessaires selon la surface de votre sous-sol :

  • Inférieure à 5 m² : aucune réquisition

  • Entre 5 et 20 m² (ou 40 m² si PLU, Plan local d’urbanisme) : effectuer une DP (déclaration préalable de travaux) auprès de la mairie qui dispose alors d’un délai d’un mois pour vous faire connaître son refus

  • Supérieure à 20 m² (40 m² si PLU) ou si les travaux modifient l’aspect extérieur : effectuer une demande de permis de construire (délai d’instruction de deux mois)

  • Au dessus de 150 m2 : faire obligatoirement faire appel à un architecte

Conseil n°2 : aménagez l’accès de votre sous-sol

Généralement, l'escalier menant à un sous-sol est pentu et étroit. Si vous souhaitez transformer votre sous-sol, vous devrez alors :

  • Rendre l'escalier plus confortable (car utilisé plus fréquemment) : agrandir la cage, changer l’escalier, y ajouter des rangements intégrés, etc…

  • Le faire partir et arriver à des endroits où il ne gênera pas : comme pour l’accès aux combles, la position de l'escalier menant au sous-sol est primordiale pour son organisation; si celui-ci doit accueillir plusieurs pièces, positionnez l’escalier de manière à ce qu’il distribue en étoile les différentes espaces et donc limiter les couloirs. Si au contraire le sous-sol devient une unique pièce, préférez un escalier sur le côté pour optimiser le volume.

Attention, modifier l’escalier implique de modifier le plancher entre les deux étages ! Pensez donc à faire intervenir des professionnels de la construction.

Conseil n°3 : calculez la hauteur sous plafond

calculez la hauteur sous plafond

Pour aménager votre sous-sol en une pièce de vie agréable, une bonne hauteur sous plafond est essentielle. La hauteur moyenne est de 2m40 à 2m50 : si possible, il vaut mieux éviter de descendre en dessous de 2m10 pour se sentir à l’aise.

Selon la hauteur sous plafond, adaptez l’aménagement de votre sous-sol :

  • Hauteur inférieure à 2 m : espace de stockage.

  • Hauteur inférieure à 2m10 : salle de jeux, de cinéma, chambre d’appoint, coin TV ou même rage room (soit des espaces où l’on reste pour une courte durée)

  • Hauteur aux alentours de 2,40 m : séjour, chambre principale, bureau, etc… Un souplex étant un espace entièrement isolé, il a donc l’avantage d’être protégé du bruit environnant.

NB : si votre sous-sol a une hauteur sous-plafond inférieure à 1,80m, il vous faudra soit décaisser le sol, solution peu complexe mais très coûteuse, soit rehausser le plancher du rez-de-chaussée.

Conseil n°4 : ramenez de la lumière dans votre sous-sol

  • La lumière naturelle

Le sous-sol n’étant souvent fait que de petites ouvertures, il est nécessaire d'y amener un maximum de lumière naturelle.

Si votre sous-sol est semi-enterré, il vous faudra prévoir des ouvertures en longueur plutôt qu’en hauteur (comme des vasistas par exemple).

Si votre sous-sol est intégralement enterré, optez pour un puits de lumière (en transformant une partie du sol du rez-de-chaussée) ou une cour anglaise (espace creusé en pied de façade) pour étirer les ouvertures dans leur hauteur, voire même installer une porte fenêtre.

  • L’éclairage artificiel :

Pour la lumière artificielle, vous pouvez installer des plafonniers, des appliques murales, des spots dans les faux plafonds, des rails de leds… Aussi, n’oubliez pas les lumières dites indirectes telles que les lampadaires, appliques ou lampes de chevet.

À noter que chaque pièce a ses propres besoins : pour un salon par exemple, 100 lm/m² suffisent (200 lm/m² dans des zones précises).

Conseil n°5 : attention à l’humidité dans un sous-sol

Avant d’envisager le moindre aménagement de votre sous-sol, vous devez d’abord assainir la surface et traiter l’humidité présente (qui nuit à la solidité de la construction et à votre santé) puisque le lieu est, par sa disposition, particulièrement exposé à la remontée d’eau par capillarité.

Plusieurs options s’offrent alors à vous : 

  • Casser murs et sols pour travailler sur un volume brut à rendre sain

  • Traiter l’origine de l’humidité en drainant le sol tout autour de la maison

  • Décaisser les murs côté extérieur pour appliquer un revêtement étanche et ainsi créer une barrière

  • Faire appel à une entreprise spécialisée qui injectera dans l’épaisseur du mur une résine capable de bloquer les remontées d’humidité

  • Pour un souplex en ville soumis à des règles de copropriété, vous pourrez simplement isoler sol et murs avec des plaques et des panneaux de doublage collés

Attention tout de même car l'humidité est un problème qui ne se résout pas entièrement : vous devrez donc veiller à la ventilation et créer des courants d'air secs.

Conseil n°6 : pensez à isolervotre sous-sol

Dans un premier temps, renseignez-vous pour savoir si votre sous-sol est construit sur un vide sanitaire ou directement sur un terre-plein (ce qui est généralement le cas). Si celui-ci est construit sur terre-plein, faites coller sur la chape plusieurs couches de plaques isolantes rigides avant de déposer le sol de votre choix (préférez ici le parquet ou la moquette épaisse qui créeront une couche d’isolation supplémentaire).

Quant aux murs, plusieurs solutions d’isolation s’offrent à vous : s’ils sont réguliers, collez directement des panneaux de doublage (composés d’un isolant et d’une plaque de plâtre). S’ils sont irréguliers, glissez un isolant entre le mur et une ossature métallique, sur laquelle vous viendrez ensuite visser les plaques de plâtre. Vous pouvez également augmenter les couches de protection en utilisant une peinture isolante.

Conseil n°7 : ne négligez pasla ventilation

On vous en parlait plus tôt, les rares entrées d’air d’un sous-sol ne sont généralement pas suffisantes pour permettre d’évacuer correctement l’humidité et les polluants de l’air intérieur. 

La solution par excellence est alors la VMC : la ventilation mécanique contrôlée. Son rôle : permettre un renouvellement régulier de l’air en contrôlant l’extraction de l’air pollué et l’entrée de l’air neuf. Unique désavantage : les gaines de ventilation circulent dans toutes les pièces du sous-sol à travers un faux plafond. Si vous avez peu de hauteur disponible, placez ces gaines dans l’épaisseur des doublages des murs extérieurs, en ceinturant votre sous-sol.

Ensuite vient la question du chauffage. Si vous êtes déjà équipés d’un chauffage central,  assurez-vous de la puissance de votre équipement et prolongez l’installation pour alimenter les radiateurs de votre sous-sol. Si tel n’est pas le cas, l’alternative la plus pratique et la moins chère à l’installation reste d’implanter des radiateurs électriques (comptez environ 100 W/m² et un radiateur tous les 15 à 20 m² minimum). Si les problèmes d’humidité persistent, équipez-vous plutôt en convecteurs, radiateurs à inertie ou rayonnants.

NB : pensez également aux énergies renouvelables, une solution peu coûteuse ! Installez par exemple un plancher chauffant raccordé à un réseau de tuyaux placé dans le jardin, à l’aide d’une pompe à chaleur.

Conseil n°8 : anticipez le réseau électrique et la tuyauterie

En effet, n’oubliez pas de tirer un câble pour alimenter un tableau secondaire qui accueillera toutes les protections nécessaires aux circuits que vous souhaitez aménager.

Profitez des travaux pour faire circuler les fils dans l’épaisseur des cloisons et les tuyaux dans des pièces de services (cave, buanderie), une manière de garder un maximum de hauteur disponible dans les pièces à aménager au sous-sol.

Aussi, si vous souhaitez installer une salle de bains ou une cuisine, pensez aux arrivées d’eau et vérifiez que les évacuations ne se situent pas à une trop grande distance du sous-sol (auquel cas il vous faudra installer une pompe, un coût supplémentaire).

Conseil n°9 : adaptez la décoration

adaptez la décoration

Quel que soit l’usage que vous souhaitez en faire, vous souhaiterez probablement transformer votre sous-sol en une pièce chaleureuse.

Pour cela, plusieurs possibilités s’offrent à vous :

  • La peinture : préférez une base dans les tons clairs qui apportent la luminosité manquante, les écrus ou les blancs chauds (le blanc pur ou bleuté diffusera une atmosphère froide) et des touches de couleurs vives (pour plus de profondeur)

  • Les différents niveaux : pour éviter de cloisonner la pièce, pensez à jouer sur des différences de niveau entre les espaces (par exemple, en mettant un lit sur estrade) Les meubles et la décoration : choisissez-les dans des tons clairs et préférez une déco naturelle, plus chaleureuse

  • Les miroirs : ils reflèteront la lumière naturelle et agrandiront visuellement l’espace

  • Les tapis : n’hésitez pas à décorer votre sous-sol avec des tapis pour ajouter du cachet et en faire une véritable pièce de vie accueillante et à votre image ! En définitive, une fois les travaux réalisés, laissez place à votre imagination ! Vous pourrez facilement transformer votre sous-sol en salle de jeux, de cinéma, de sport, en buanderie, studio, cave à vin, ou même pourquoi pas, en rage room : il ne vous reste plus qu’à choisir !